Une loi simple: une abeille locale unique pour un modèle apicole adapté.

L´écosystème ordonne le modèle apicole adapté à la sous-espèce locale (90 millions d’années d’évolution).

C´est le biotope de l´abeille qui décide des techniques apicoles pouvant être appliquées.

Ces techniques sont déterminées à partir d´études sur la biométrie, la taille des cellules, la dimension des ruches, les biorythmes, la régulation de la thermie, la chronobiologie de l´environnement…

Or en ne respectant plus les besoins biologiques des sous-espèces, l´apiculture dite conventionnelle impose aux apiculteurs des pratiques contraires à la vie de la colonie et de l’abeille.

Ces pratiques dénaturent l´essence des produits de la ruche et participent à la mortalité des colonies par :

  • Une augmentation du stress des abeilles (sous-insémination, sur-récolte, nourrissement, cheptel trop important sur une zone de butinage…).
  • Une fragilisation du système immunitaire de l’abeille et la contraction de maladies (dimensions des ruches, mixité des « sous-espèces » inadaptée…).
  • Des traitements de synthèse, des matériaux non appropriés mais aussi par la rémanence des molécules chimiques imposées.

Pourquoi est-il fondamental d´opérer selon les lois de la nature ?

Tout projet en apiculture qui greffe un modèle et des pratiques apicoles exogènes à l’écosystème est à terme voué à l’échec. Il interfèrera sur les abeilles et la flore locales et aura des conséquences négatives sur les deux.

Les colonies sont extrêmement liées à leur biotope, elles en tirent leur substance et permettent à celui-ci sa pérennité.

Les experts de l´AEAV sont toujours partis de l´étude du biotope de l´abeille pour ensuite mettre en place le modèle apicole correspondant aux spécificités de la sous-espèce.

Depuis 1980, les experts de l´AEAV ont étudié et travaillé avec les sous-espèces suivantes :

  • L´abeille scutellata au Rwanda.
  • L´abeille adansonii au Burkina Faso et au Cameroun.
  • L´abeille melipona beecheii à Cuba et au Mexique.
  • Les différents écotypes des sous-espèces locales européennes.